Que sont vraiment les matières grasses et les acides gras?

Les huiles et les matières grasses sont présents de manière directe dans la cuisine, notamment au travers des huiles végétales et des margarines. Nous avons tous l’habitude d’en utiliser.
Il faut savoir qu’on les retrouve également de manière indirecte, lorsqu’elles sont incorporées aux aliments, que ce soit dans les biscuits, les gâteaux ou de la viande.
C’est dans ce cas qu’on les appelle les matières grasses cachées.

Les matières grasses peuvent être d’origine végétale (huiles, margarine, pesto…) ou animale (produits laitiers). Elles sont solides, comme dans le saindoux ou liquides comme dans les huiles.
D’un point de vue nutritionnel, la différence clef entre ces matières grasses tient aux acides gras qu’elles contiennent.
Alors que les termes « matières grasses » et « acides gras » sont souvent utilisées comme des synonymes, il faut bien faire la distinction: les acides gras ne sont en fait qu’un des composants des matières grasses.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de FEDIOL

http://www.fediol.eu/web/type%20of%20fats/1011306087/list1187970123/f1.html

                                                               image interrogation

Sortez vos huiles du placard!

Depuis 50 ans, les habitudes alimentaires des Français évoluent.

Les Français passent de moins en moins de temps à la préparation des repas, et consomment de plus en plus de plats préparés.
Cette tendance se traduit notamment depuis une vingtaine d’années par une nette baisse des achats de matières grasses brutes telles que l’huile et la margarine, au profit du développement de matières grasses moins visibles incorporées dans les produits divers.
Ainsi, les matières grasses utilisées sous forme brute représentent seulement 24% de l’apport lipidique journalier des adultes (INCA 2), même si la consommation d’huiles en bouteille est stabilisée depuis 10 ans.

C’est le moment de sortir vos huiles du placard : cuisson, friture, tartine, assaisonnement ; à chaque huile sa fonction pour une alimentation équilibrée.

Les comportements alimentaires

Notre alimentation est aujourd’hui au cœur des politiques publiques. Les campagnes d’information nutritionnelle, le Plan national Nutrition santé (PNNS), comme les actions engagées par l’industrie agro-alimentaire visent à faire évoluer l’alimentation dans un sens favorable à la santé.

Le ministère de l’Agriculture a demandé à l’INRA en 2010 une expertise scientifique collective sur les comportements alimentaires, considérés comme facteur de protection ou de risque face à diverses pathologies.

Les comportements alimentaires agrègent des paramètres qui ne relèvent pas du seul domaine de l’alimentation. L’expertise a ainsi sur plus d’un an mobilisé une vingtaine d’experts, de différents établissements de recherche, représentant un large éventail de disciplines – épidémiologie, nutrition, science des aliments, psychologie, sociologie, économie – pour réaliser un état des lieux des acquis, lacunes, controverses et incertitudes de la science, à partir de la littérature mondiale, francophone et anglophone.

Pour en savoir plus : la revue OCL a publié dans cet  http://www.jle.com/fr/revues/agro_biotech/ocl/e-docs/00/04/7C/18/article.phtml de Claire Sabbagh et Patrick Etiévant une analyse intéressante des composantes des comportements alimentaires.